Thomas Bohle

10 novembre 2018 – 4 janvier 2019

Vernissage le samedi 10 Novembre 2018 à partir de 18h en présence de l’artiste

Thomas Bohle - Austrian ceramic - Thomas Bohle exhibition - thomas bohle work - Thomas Bohle ceramic

Sans titre N°1, 2012, grande coupe émail noir mat et rouge sang de boeuf, diam.71 cm h. 22 cm.Photo Frigesch Lampelmeyer

Des artistes exposés à « Passionnément céramique – Collection Frank Nievergelt » au musée Ariana à Genève en 2016, l’autrichien Thomas Bohle fut l’un des plus remarqués. Ses œuvres construites à double paroi et recouvertes de glaçures mates et brillantes témoignent d’une expression artistique intemporelle.

Thomas Bohle est né en 1958 à Dornbirn en Autriche. En Angleterre en 1984, à l’âge de 26 ans, Thomas Bohle s’assied à un tour de potier pour la première fois. Ce contact avec l’argile et l’expérience de création de ses propres mains le transportent et marquent le début de son parcours artistique. En 1987 il suit un apprentissage de poterie et conforte son expérience en travaillant dans divers ateliers. En 1991 il ouvre son propre studio. Un voyage d’étude au Japon est suivi par des expositions en 2004 à Tokyo et à Shanghai où la valeur artistique de son travail devient particulièrement reconnue. En 2006, Thomas Bohle reçoit le Prix de l’Etat de Bavière. Progressivement une reconnaissance internationale émerge, qui se confirme par la représentation de ses œuvres à Londres et à Bruxelles.La vingtaine d’œuvres récentes présentées à la Galerie de l’Ancienne Poste témoignent d’une créativité et d’une virtuosité qui font aujourd’hui de Thomas Bohle un acteur de premier plan sur la scène de la céramique artistique contemporaine.

 « Ce qui intéresse Bohle, ce sont les constructions à double paroi dont la forme intérieure se distingue de la forme extérieure dans un contraste prononcé. En outre, elles se démarquent très souvent l’une de l’autre par leurs couleurs. La configuration formelle est conçue de manière à ce que les glaçures coulent sur les parois verticales et forment des gouttes sur le bord inférieur. Une cuisson en réduction à 1280° sous une flamme directe dans un four à gaz permet aux émaux « sang de bœuf » et céladon de déployer toute leur solennelle beauté. […]

Représentant d’un univers de récipients stricts, il puise dans les impulsions reçues de quoi créer des œuvres exprimant toute sa personnalité. […] Ses travaux sont des fleurs rares qui éclosent dans la jungle de la production artistique contemporaine. Ses créations prouvent que le récipient céramique reste un moyen d’expression artistique qui n’a rien perdu de son actualité. »

Frank Nievergelt,
Collectionneur.
Extraits du catalogue publié à l’occasion de l’exposition « Passionnément céramique – Collection Frank Nievergelt » au musée Ariana, Genève, du 8 avril au 25 septembre 2016.